« Entre mer et montagne »

Corse / Haute-Corse

Voyage ornithologique – Voyage accompagné – 7 jours/6 nuits – 0000 €

Circuit accompagné et organisé en partenariat avec l’agence de voyages « MOUNTAIN ACCESS »

Numéro Atout France : IM074160001
Siret : 81235369600014 – RCS Annecy : 812353 696
APE : 7911Z  – Tva intracommunautaire : FR23 812353696
Responsabilité civile professionnelle : MMA police 140 018 705
Garantie Financière : Groupama assurance 4000714221/0

Taille du groupe : de 5 à 8 personnes

Prenez le maquis!!

Si les îles méditerranéennes ne manquent pas, la plupart d’entre elles n’exerce pas autant de fascination que la Corse. Et il faut reconnaître qu’elle a de sacrés atouts avec des sites naturels absolument remarquables et un littoral aux eaux turquoises ou se dispersent de nombreuses tours génoises. Son maquis fleuri stimule tous les sens et la montagne est d’une beauté stupéfiante… Cet itinéraire de sept jours permet de relier la vallée du Niolo au golfe de Porto, inscrit au patrimoine mondial de l’humanité. Il s’aventure dans un premier temps dans les montagnes du cœur de la Corse, où dominent les sommets les plus emblématiques de l’île. Ce relief escarpé est pourtant parcouru de nombreux sentiers qui permettent de découvrir une multitude d’espaces naturels sublimes, composés de pinèdes denses à pins laricio, de maquis arborescents ou d’affleurements rocheux. C’est dans ces milieux que nous observerons les espèces caractéristiques comme la sitelle corse, la fauvette sarde ou la pie grièche à tête rousse. Puis nous poursuivrons le séjour plus à l’ouest, sur la façade maritime de l’île, où l’on trouve un ensemble de côtes rocheuses ciselées et de fonds marins transparents qui nous permettront de débusquer balbuzards pêcheurs et faucons pèlerins…

Points forts:

La Corse en général, pour la richesse de son patrimoine naturel

De superbes itinéraires, entre mer et montagne

La diversité des espèces, dont la sitelle corse, espèce endémique

Les villages corses, au charme si particulier

Le golfe de Porto, classé au patrimoine mondial de l’Unesco

La découverte des calanche de Piana en fin de séjour

Le nombre de participants volontairement limité à 8 maximum

Niveau:

Ce type de voyage comprend plusieurs journées de marche consécutives, d’une durée moyenne de 4 à 6 heures environ. Ce séjour est destiné aux ornithologues débutants ou confirmés, dont le contenu est conçu pour l’étude et l’observation des oiseaux et de la faune, de la flore en général. Nos itinéraires pédestres ne comportent pas de difficultés techniques et le temps imparti aux observations est important. Chaque espèce pourra donc être largement observée…

Dates et prix:

Dates en cours de programmation – 000 € par personne

Le prix comprend:

L’hébergement en hôtels 3 étoiles, sur la base d’une chambre double

La pension complète du J1 à partir de 9 heures au J7 jusqu’à 17 heures

Les transferts d’un site à un autre du début à la fin du séjour

L’encadrement par un accompagnateur en montagne/botaniste/ornithologue

Le prix ne comprend pas:

Les assurances annulation et interruption de séjour

Le transport aller-retour jusqu’au lieu de rendez-vous

La sortie optionnelle à Scandola (42 € environ)

Les suppléments pour chambre individuelle: ? € (sous réserve de disponibilité)

L’équipement individuel nécessaire pour la réalisation du programme

Les boissons et toutes dépenses d’ordre personnel

Jour 01: Rendez-vous et accueil à 8h00 – Gare maritime de BASTIA

Accueil à la gare maritime de Bastia et transfert de Bastia à Calacuccia, installation à l’hôtel.

Transfert de 78 km, soit environ 1h35 de trajet.

Sortie demi-journée, l’après-midi: Capu di Castellu

Les derniers châtaigniers hébergent une population d’étourneaux unicolores. Nos premiers pas nous mènent sur la rive gauche du Golo qui s’étire depuis le pied de la Paglia Orba (2525 m) jusqu’à la mer et nous permettent d’effectuer nos premières observations de moineaux cisalpins, de fauvettes sardes, de pie-grièches à tête rousse, de tariers pâtres et de venturons corses. Tous apprécient ces secteurs rocailleux ensoleillés à végétation ouverte, comme le milan royal, omniprésent en Corse dans ce type d’habitat.

Dénivelé + 150 mètres / – 150 mètres

Jour 02 – la Corse, côté montagne…

Si le Cinto et la Paglia Orba dressent leur silhouette au milieu de cet univers tourmenté de la montagne corse, il y a aussi ce petit sommet magnifique où l’on ne croise personne, parfois quelques mouflons, emblèmes de la vallée. C’est aussi le territoire de chasse de l’aigle royal. Au départ, la huppe fasciée et le torcol fourmilier partagent le même habitat dans cette châtaigneraie vieille comme le monde. Puis les pentes douces apparaissent presque entièrement dénudées, recouvertes seulement d’une végétation rase et clairsemée. Les vieux enclos en pierres sèches et les ruines de quelques bergeries abritent traquets motteux, pipits rousseline et alouettes lulu, qui occupent les lieux en compagnie de la fauvette sarde et du venturon corse. Un peu plus loin, les pipit spioncelle et monticole de roche prennent le relais.

Dénivelé + 380 mètres / – 380 mètres

Jour 03 – Les gorges du Tavignano

Le torrent débouche au pied de la citadelle après une très longue errance à travers les gorges du Tavignano et fait de ce lieu l’un des sites les plus remarquables de Corse pour l’aspect sauvage du paysage constitué de falaises granitiques. Son chemin muletier témoigne du patrimoine pastoral corse et ses versants escarpés sont le domaine des fauvettes méditerranéennes quand ils s’embroussaillent (de cistes à feuilles de sauge ou de cistes rouges, d’asphodèles qui résistent à tout, aux dents des bovins, à la sécheresse, aux cueillettes abusives, au feu!!). La fauvette mélanocéphale et le monticole bleu, l’aigle royal, l’autour des palombes (forme cyrno-sarde), l’hirondelle des rochers et le cincle plongeur y vivent.

Dénivelé + 345 mètres / – 345 mètres

Jour 04 – Deux espèces endémiques: le pin laricio et la sitelle corse

C’est une sortie entièrement dédiée à la sitelle corse que nous observerons dans cette forêt de près de deux mille hectares classée en Zone de Protection Spéciale (Directive Oiseaux) et Zone Spéciale de Conservation (Directive Habitat). Le pin laricio caractérise la montagne corse le long de la chaîne centrale dont l’existence garantit aujourd’hui la vie de la sitelle, espèce endémique. Nous rencontrerons aussi la mésange noire, fréquente, le bec croisé des sapins et le roitelet huppé, doté ici d’un chant insolite ainsi que le grimpereau des bois. Au bout de l’itinéraire, depuis un petit plateau, la vue s’étend depuis les horizons granitiques de quelques sommets jusqu’à la mer.

Dénivelé + 300 mètres / – 300 mètres

Transfert vers le golfe de Porto situé à 58 kilomètres, soit 1h35 de trajet (de petites routes sinueuses, ou l’on croise comme de partout en corse, des vaches flegmatiques, des cochons trop bien nourris (à la châtaigne), des chèvres intrépides, qui ont fait des bords de routes leur territoire).

Jour 05 – en matinée: Réserve naturelle de Scandola (sortie optionnelle – site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO)

Une sortie en mer immanquable qui permet de découvrir la partie émergée d’un ancien complexe volcanique partiellement effondré, avec des paysages hors normes constitués d’immenses falaises de porphyre rouge et de colonnes de basalte. Cet ensemble de formations géologiques spectaculaires suffi à lui seul comme motif de sortie. Mais c’est aussi faire une incursion dans le bastion de plusieurs couples de balbuzards pêcheurs (pas toujours évidents à observés), du faucon pèlerin, du goéland argenté et du cormoran de Desmaret. Un gros bol d’air marin!!

En après-midi: Capo rosso (site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO)

Le Capo Rosso est l’un des paysages les plus emblématiques de Corse. Situé dans sa zone la plus occidentale, ce petit massif s’avance dans la mer d’où la vue est spectaculaire: le golfe de Sagone au sud, celui de Porto et la réserve naturelle de Scandola au nord, la Paglia Orba à l’est. Une tour génoise coiffe l’ensemble. La fauvette sarde comme les fauvettes mélanocéphale et pitchou fréquentent le maquis, et le littoral présente un fort intérêt patrimonial avec la présence du balbuzard pêcheur et du faucon pèlerin.

Dénivelé + 210 / – 210 mètres

Jour 06 – Les Calanche de Piana (site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO)

C’est une rando vraiment originale, qui vaut par cet ensemble granitique aux tonalités de rouges et par l’extravagance des rochers aux formes les plus insolites, résultat d’une petite fantaisie de l’érosion et du temps. C’est en empruntant l’ancien sentier muletier que l’on peut parcourir ce site incontournable, entre pinèdes et garrigues, entre maquis et plateau minéral, depuis lequel on domine la mer avec une vue sur le golfe de Porto. C’est une nouvelle occasion d’observer la fauvette sarde et le monticole bleu, et, avec un peu de chance, le faucon d’Eléonore (un couple longuement observé en 2014).

Dénivelé + 480 / – 480 mètres

Jour 07 – sortie demi-journée, en matinée:

Le sentier traverse une forêt mixte composée de bouleaux, de hêtres et de pins laricio, ce qui nous permettra d’observer une nouvelle fois la sitelle et le venturon corse. Nous devrions pouvoir observer aussi le tarin des aulnes.

Dénivelé + 200 / – 200 mètres

Dans l’après-midi: retour sur Bastia.

Transfert vers la gare maritime de Bastia, située à 134 kilomètres, soit 3 heures et 30 mn de trajet.

 

Observations:

Nous ne pouvons pas vous faire de promesses. L’observation de certaines espèces particulièrement rares ou discrètes relèvent aussi parfois de la chance. Nous ne prendrons jamais le risque d’occasionner un dérangement lors d’une observation qui pourrait entraîner l’abandon d’un site de nidification. La protection des oiseaux et de leurs habitats sont une priorité. La distance d’observation est toujours suffisante pour éviter de provoquer l’envol des oiseaux ou de générer une situation de stress. La recherche systématique de nouvelles coches n’est pas notre état d’esprit.  Nous nous conformons aux législations sur la protection des sites et des espèces.

Nous devrions pouvoir observer: l’aigle royal, le balbuzard pêcheur, le milan royal, la huppe fasciée, l’alouette lulu, le monticole bleu, le monticole de roche, la fauvette mélanocephale, la fauvette sarde et la fauvette pitchou, la sitelle corse, le grimpereau des bois, la corneille mantelée, l’étourneau unicolore, le venturon corse, le pipit rousseline, la pie grièche à tête rousse, le bec croisé des sapins, le cincle plongeur, le gypaète barbu, le traquet motteux, le tarier pâtre, etc…

Avec un peu de chance: la chouette chevêche, le faucon d’eléonore.

Ce voyage est encadré par un accompagnateur en montagne et ornithologue . Son rôle est de veiller au bon déroulement du voyage, d’assurer la sécurité de l’ensemble du groupe et de vous accompagner en s’assurant de la qualité des prestations fournies. Il est le seul décisionnaire pour gérer au mieux les aléas. Son oreille affûtée vous permettra de déceler la présence des espèces les plus discrètes, vous aidera à déterminer les espèces au chant ou aux cris, de différencier certains dialectes et autres nuances géographiques.

En auberge et en hôtel, en pension complète.

En chambre double avec salle de bain. Supplément chambre individuelle sur demande : ? €

Repas froid à midi (pique-nique sous forme de salades variées), petit déjeuner et repas chaud le soir pris à l’hébergement.

Vêtements à prévoir, des pieds à la tête:

Une paire de chaussures de randonnée légères à semelle antidérapantes type Vibram. Pensez à « tester » auparavant les chaussures neuves et celles inutilisées depuis longtemps.

Des paires de chaussettes adaptées. Privilégiez les chaussettes spécifiques randonnées. Evitez le coton (ampoules).

Une veste coupe-vent imperméable et respirante avec capuche (les vestes les plus performantes contre le vent et la pluie sont en Gore-tex ou Micropore, matière « respirante » qui permet l’évacuation rapide de la transpiration), ou une cape de pluie.

Une fourrure polaire. Cette dernière a l’avantage d’être résistante, chaude et légère, elle sèche rapidement. Les plus adaptées sont les fibres Polartec et Carline.

Un pantalon imperméable.

Une paire de gants et bonnet de laine.

Prévoir des vêtements qui sèchent rapidement, proscrivez le coton, préférez les fibres synthétiques qui permettent de rester au sec et au chaud.

Un chapeau ou une casquette.

Une paire de bottes ou de vieilles chaussures, de types basquets

Équipement à prévoir:

Un sac à dos d’une capacité de 35 litres.

Des lunettes de soleil haute protection.

De la crème de protection solaire et écran labial.

Une paire de jumelles et un guide de poche.

Des couverts pour les piques-niques.

Une gourde de 1,5 litre minimum.

Des sacs plastiques pour l’étanchéité de vos affaires dans votre sac à dos.

Une thermos si vous emportez thé, café…

Une pochette étanche pour vos papiers et contrat d’assistance.

En option:

Des bâtons de marche.

Un bloc notes et un appareil photo.

Pharmacie personnelle:

Vos médicaments habituels.

Vitamine C ou polyvitamine.

Médicaments contre la douleur: paracétamol de préférence.

Bande adhésive élastique (type Elastoplast, en 6 cm de large).

Jeux de pansements adhésifs + compresses désinfectantes.

Double peau (de marque Spenco ou Compeed, disponible en magasins de sport, en pharmacie, parapharmacie…)

Trousse de secours

Une trousse de premiers secours fournie par HIBOUX-CAILLOUX et adaptée à votre voyage, est placée sous la responsabilité de votre accompagnateur.

© 2017 HIBOUX-CAILLOUX

Se connecter

Oubli de mot de passe ?

X