FLORE DE VANOISE

VANOISE - HAUTE-TARENTAISE

Flore de Vanoise

Taille du groupe : de 4 à 8 personnes

Type : Voyage botanique – Voyage accompagné

Mille deux cents!! C’est le nombre d’espèces végétales présentes en Vanoise. On doit cette richesse floristique à de nombreuses influences climatiques, géologiques et humaines. Que ce soit dans les pierriers et éboulis, dans les zones humides ou dans les pelouses alpines, nous observerons, à cette altitude, certaines espèces communes comme le lis martagon et la gentiane à feuilles courtes, puis des espèces emblématiques, mais aussi des espèces rares ou exceptionnelles, à forte valeur patrimoniale, comme la pédiculaire tronquée, l’androsace pubescente et la tofieldie naine.

  • L’hébergement en hôtel, sur la base d’une chambre double,
  • La pension complète du J1 à partir de 14 heures au J6 jusqu’à 9 heures,
  • Les transferts d’un site à un autre du début à la fin du séjour,
  • L’encadrement par un accompagnateur en montagne, spécialiste de la flore alpine.
  • Les Assurances,
  • Le transport aller-retour jusqu’au lieu de rendez-vous,
  • Les suppléments pour chambre individuelle: ? € (sous réserve de disponibilité)
  • L’équipement individuel nécessaire pour la réalisation du programme,
  • Les boissons et toutes dépenses d’ordre personnel.

Ce type de voyage comprend plusieurs journées de marche consécutives, d’une durée moyenne de 4 à 6 heures environ. Les balades que nous effectuons chaque jour sont choisies pour le contenu botanique qu’elles apportent. La progression est tranquille et le temps nécessaire à l’observation des espèces est privilégié. Les temps de marche tiennent compte du temps consacré aux observations. Ils sont bien sûr indicatifs et peuvent varier selon le rythme des observations et des conditions climatiques. Pas de problème lié à l’altitude.

Jour 01: début du séjour – 14h00 – Val d’Isère

Arrivée à Val d’Isère, village situé à 1800 mètres d’altitude où nous nous installons pour la semaine dans un hébergement confortable. Accueil à l’hébergement à partir de 14h00.

Nous débuterons nos recherches dans les environs du village, afin d’observer plusieurs espèces d’orchidées dont l’orchis rouge sang et l’orchis militaire, puis la clématite des alpes, la saxifrage fausse diapensie et la cortuse de Matthiole qui se situe en France en limite occidentale de son aire de répartition.

Jour 02: la végétation des pierriers d’altitude

L’intérêt naturaliste de tout ce secteur est majeur. La végétation du site se compose principalement d’espèces caractéristiques de ce milieu, aux couleurs généralement très vives et une taille se limitant à quelques centimètres: l’androsace des Alpes, la saxifrage à deux fleurs, le pétrocallis des Pyrénées, et parmi les plus rares, la pédiculaire d’Allionii, la gentiane de Schleicher et la drave de Fladniz. Les petites barres rocheuses environnantes abritent l’androsace pubescente et l’oxytropis fétide, et en périphérie, dans les pelouses à végétation rase, la lloydie tardive. Dans un autre secteur et dans l’après-midi, nous observerons dans un petit éboulis calcaire, la violette à feuilles pennées.

Dénivelé + 200 mètres / – 200 mètres

Jour 03: Vallon de la Grande Sassière

Ce vallon est un vaste cirque glaciaire dont la géologie extrêmement variée favorise la présence d’une flore particulièrement riche, hébergeant une trentaine d’espèces végétales d’intérêt national. L’itinéraire longe quelques zones humides où nous observerons tout un cortège de plantes rares, dont les laîches bicolore, maritime et noirâtre. Puis il parcourt de grandes zones d’alpages liés à la présence d’éboulis, de rochers et d’alluvions torrentiels où se développent l’armoise boréale, la potentille à grandes fleurs, la campanule alpestre et la saxifrage rude. Nous rechercherons la pédiculaire du Mont Cenis, puis, dans les secteurs les plus rocheux, la primevère du Piémont dont l’aire de répartition se limite à ce secteur des Alpes françaises (Vanoise-Champsaur-Valgaudemar) et italiennes.

Dénivelé + 200 mètres / – 200 mètres

Jour 04 – Vallon du Clou

Face aux glaciers qui s’écoulent depuis le Dôme de la Sache et du Mont Pourri, le chemin relie quelques vieux hameaux aux toits de lauzes et traverse des prairies de fauches favorables à l’installation de plantes recherchant la sécheresse et la chaleur. Puis il débouche au hameau du Monal. Ce site classé aux monuments historiques est composé de chalets montagnards où la pierre de schiste local, les charpentes de mélèze, les grandes dalles de couverture confèrent à l’habitat un vrai charme. L’itinéraire se poursuit jusqu’au vallon du Clou, un site remarquable et sauvage, idéal pour découvrir certaines espèces dont les gentiane à calice renflé et gentiane délicate. Parmi les groupements à linaigrettes, nous devrions observer la laîche à petite arête et la tofieldie naine, rarissimes et protégées au niveau national.

Dénivelé + 530 mètres / – 530 mètres

Jour 05 – La Sassière de Sainte Foy

Le sentier s’élève tranquillement à travers de nombreuses zones humides jusqu’à un hameau partiellement ruiné et où l’on imagine la présence d’un lac immense au lendemain des grandes glaciations. Dans les environs de la chapelle Saint-Pierre-aux-Liens, nous rechercherons l’orchis de Savoie, une espèce décrite en 1990, puis l’ail victorial aux fleurs jaune souffre. Cette vallée abrite aussi la grassette à éperon grêle, la coincye de Richer qui, en se développant sur les éboulis et les rochers siliceux, forme ici la seule population de Tarentaise. Nous rechercherons sur les rives du torrent la pédiculaire tronquée (six pieds découverts en 2015) et le lycopode alpin, inféodé aux landes à éricacées.

Dénivelé + 325 mètres / – 325 mètres

Jour 06 – fin du séjour à 9h00

Observations:

Nous ne pouvons pas vous faire de promesses. L’observation de certaines espèces à une date précise dépend aussi des conditions climatiques qui ont une véritable incidence sur l’avancement et le retard de la floraison. La protection des plantes et de leurs habitats sont une priorité. La cueillette à des fins d’herbiers est exclue. Nous nous conformons aux législations sur la protection des sites et des espèces.

Ce séjour est destiné aux botanistes débutants ou confirmés, dont le contenu est conçu pour l’étude et l’observation des plantes d’altitude. Mais les richesses naturelles de la vanoise sont nombreuses et suscitent chez nous un très grand intérêt. Nos itinéraires pédestres ne comportent pas de difficultés techniques et le temps imparti aux observations est important. Chaque espèce pourra donc être largement observée…

Ce voyage est encadré par un accompagnateur en montagne, spécialiste de la flore alpine. Son rôle est de veiller au bon déroulement du voyage, d’assurer la sécurité de l’ensemble du groupe et de vous accompagner en s’assurant de la qualité des prestations fournies. Il est le seul décisionnaire pour gérer au mieux les aléas.

L’hébergement est prévu en chambre double avec salle de bain (supplément chambre individuelle sur demande : ? €), en pension complète de 14h00 le jour 1 à 9h00 le jour 6.

Petit déjeuners et dîners pris à l’hébergement, pique-niques à midi.

Vêtements à prévoir, des pieds à la tête:

Une paire de chaussures de randonnée légères à semelle antidérapantes type Vibram. Pensez à « tester » auparavant les chaussures neuves et celles inutilisées depuis longtemps.
Des paires de chaussettes adaptées. Privilégier les chaussettes spécifiques randonnées. (évitez le coton qui peuvent favoriser la formation d’ampoules).
Une veste coupe-vent imperméable et respirante avec capuche (les vestes les plus performantes contre le vent et la pluie sont en Gore-tex ou Micropore, matière « respirante » qui permet l’évacuation rapide de la transpiration).
Une fourrure polaire. Cette dernière a l’avantage d’être résistante, chaude et légère, elle sèche rapidement. Les plus adaptées sont les fibres Polartec et Carline.
Un pantalon imperméable.
Une paire de gants et bonnet de laine.

Prévoir des vêtements qui sèchent rapidement, proscrivez le coton, préférez les fibres synthétiques qui permettent de rester au sec et au chaud.

Un chapeau ou une casquette.

Une paire de bottes ou de vieilles chaussures, de types basquets.

Équipement à prévoir

Un sac à dos d’une capacité de 35 litres.

Des lunettes de soleil haute protection.
De la crème de protection solaire et écran labial.
Des couverts pour les pique-niques.
Une gourde de 1,5 litre minimum.
Des sacs plastiques pour l’étanchéité de vos affaires dans votre sac à dos.

Une thermos si vous emportez thé, café…
Une pochette étanche pour vos papiers et contrat d’assistance.

Un parapluie.

 

En option:

Des bâtons de marche.

Un bloc notes et un appareil photo.

Un guide d’identification et une paire de jumelles.
Pharmacie personnelle

Vos médicaments habituels.
Vitamine C ou polyvitamine.
Médicaments contre la douleur: paracétamol de préférence.
Bande adhésive élastique (type Elastoplast, en 6 cm de large).
Jeux de pansements adhésifs + compresses désinfectantes.
Double peau (de marque Spenco ou Compeed, disponible en magasins de sport, en pharmacie, parapharmacie…).

Le portage se limite à un sac à dos avec vos effets personnels pour la journée. Un sac d’une capacité de 35 litres suffit normalement.

© 2017 HIBOUX-CAILLOUX

Se connecter

Oubli de mot de passe ?

X